fbpx

Quel système de mesure de la température corporelle choisir en entreprise ?

En cette période agitée, les médias évoquent régulièrement les systèmes de détection de fièvre en entreprise : comment s'y retrouver ?

controle d'acces et température

Comment choisir son système de mesure de la température corporelle ?

  1. Valider les aspects règlementaires, l’information aux salariés, la mise à jour du DUER…
  2. Etes-vous dans la cible ? Inutile d’investir dans un système surdimensionné !
  3. La solution trouvée doit être :
    • Raccordable avec votre système de contrôle d’accès (via une interface Wiegand par exemple)
    • Suffisamment précise (+ ou – 0.3°C maximum)
    • Calibrée pour gérer vos flux : différentes solutions existent en fonction du nombre de personnes à contrôler par minute, à différents prix.
    • RGPD-friendly : pas d’atteinte à la vie privée, pas d’enregistrement des données personnelles sans le consentement exprès des personnes !
    • Facilement démontable, déplaçable, réutilisable
    • Sa norme IP doit répondre aux exigences de votre environnement
    • Avoir un intérêt potentiel APRES la pandémie

controle d’acces et détection de température et port du masque

Comment rassurer vos salariés de venir en entreprise ?

Depuis son apparition, le Covid 19 a révolutionné le mode de travail et la fréquentation des entreprises.

Désormais, le télétravail est devenu la règle, les salariés et les chefs d'entreprise ayant dû s'adapter à cette nouvelle réalité.

Le risque de propagation du virus nous oblige à une vigilance de tous les instants, et redéfinit en profondeur les modèles de relations sociales au sein de l’entreprise.
Pour revenir travailler à leur poste, les collaborateurs veulent des garanties fortes. Ceux-ci redoutent d’être contaminés, et refusent de prendre des risques inutiles.

La responsabilité des employeurs étant fortement engagée, ceux-ci se doivent de mettre en place un Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER) clair et actualisé.
Des mesures de sécurité, de contrôle et de respect des distances doivent donc être strictement appliquées, aussi bien dans la sphère privée que la sphère publique.

Dans ce contexte, l’installation de caméra thermique constitue une option intéressante dans le cadre de ce déconfinement puisqu’elle permet de repérer certaines personnes infectées (attention, cela ne permet néanmoins pas de détecter toutes les personnes infectées).

L’OMS recommande aux employeurs de ne pas faire entrer sur les lieux de travail les personnes qui ont une température corporelle à 37°3 ou plus.

Le protocole national de déconfinement publié par le Ministère du travail ne conseille pourtant pas d’installer de système de contrôle de la température corporelle en entreprise (chaque personne devrait contrôler sa température soi-même avant de venir travailler…), mais rappelle les recommandations à respecter si l’employeur décide de mettre ce système en place.

Port du masque, lavage des mains, plexiglas entre les bureaux, aménagement des postes de travail, contrôle de température…

Comment rassurer vos salariés et vos clients pour reprendre une activité normale ?

Comment contrôler la température corporelle des salariés d’une grande entreprise ou dans un bâtiment recevant du public ?

Tout d’abord, comme le précise le Haut Conseil de la Santé Publique dans son Avis relatif au contrôle d’accès par mesure de température, il est important de préciser que la détection systématique et à grande échelle de la température des personnes ne peut s’avérer fiable à 100%, et ce, pour différentes raisons :

  • Une fièvre aiguë est définie par une température d’au moins 38°C le matin ou de 38,3°C le soir. La mesure doit être effectuée à distance des repas, après un repos de 20 minutes.
  • Il faut d’ailleurs rappeler que la fièvre :
    • Est souvent absente ou modérée chez les personnes âgées, et chez celles traitées par des corticoïdes au long cours.
    • Peut être temporairement abaissée par la prise d’antipyrétiques (paracétamol par exemple).

Par ailleurs, le délai d’incubation de certaines maladies comme le Covid-19 peut varier entre 2 et 14 jours. De ce fait, il est fort probable de ne pas détecter les personnes pré-symptomatiques, qui peuvent néanmoins déjà être porteuses du virus.

Concernant la prise de température par caméra thermique sans contact, l’OMS a émis le 19 mars 2020 un avis sur ce dispositif :
« Le dépistage de fièvre sans autre mesure associée (interrogatoire médical des personnes détectées par un personnel et dans une structure dédiée, en respectant les mesures barrière et la distanciation physique) présente un intérêt limité. »

Quels sont les systèmes de contrôle de température existant ?

tablette détection port du masqueGun détection de fièvreavec blackbody

  • Le thermomètre manuel de détection Infrarouge, type Gun, nécessite qu’un opérateur contrôle manuellement 100 % des flux. Plutôt longue, cette option peut répondre aux entreprises ayant des flux limités, car son coût est largement inférieur aux autres systèmes. Ce système présente des limites certaines :

    • Temps d’acclimatation à l’environnement de 20 minutes environ

    • Temps d’attente entre 2 prises préconisé à 1 minute environ

    • La vapeur ou la poussière peuvent affecter la précision des thermomètres IR,

    • La présence d’un opérateur est obligatoire.

  • La tablette de mesure faciale en infrarouge, qui permet d’automatiser le contrôle de température, détecter le port du masque et éventuellement d’intégrer la reconnaissance faciale. Ce type de produit doit pouvoir être intégré à vos systèmes d’ouverture et de contrôle d’accès pour une efficacité optimale. Le risque réside dans la précision de la mesure, souvent fiable à +ou- 0.5°C près, ce qui semble insuffisant. Cependant, certaines solutions proposent une fiabilité à 0.2°C près, ce qui semble nettement plus intéressant.

  • La tablette de mesure de température au poignet (infrarouge), sensiblement identique au système précédent. Plus contraignant, car nécessite une mesure à 2-3 cm, il ne semble pas être nettement plus fiable.

  • La caméra thermographique + corps noir, plus élaboré mais plus cher, permet de contrôler jusqu’à 15 personnes par seconde avec une fiabilité à 0.3°C. Ce type de produit répond aux exigences de grands centre commerciaux, aéroports, gares… Cependant, le calibrage et recalibrage régulier de ce système très perfectionné en font un outil très pointu, non préconisé pour des opérateurs non formés. Permettent elles aussi de détecter le port du masque en option, et peuvent être couplées à un enregistreur numérique ou un système d’alerte sonore.

Les points clés pour choisir son système de mesure de température corporelle

  • Quelle est la fréquentation quotidienne de votre bâtiment ?

Si votre bâtiment reçoit quelques centaines de visiteurs chaque jour ou plusieurs milliers par heure, le système préconisé sera radicalement différent. Le budget également.

  • Combien de personnes faut-il mesurer par minute en période de pointe ?

Les tablettes à détection faciale permettent de mesurer environ 40 à 50 personnes par minute, les tablettes à détection au poignet un petit peu moins, les caméras thermograpiques + blackbody permettent de détecter jusqu’à 800 personnes par minute.

  • Dans quel environnement se situera mon système de détection de température ?

Pour une utilisation optimale, il est recommandé de faire patienter les visiteurs quelques minutes avant la détection de façon à ce que le corps s’acclimate à la température ambiante. De même, si la personne mesurée a fait du sport juste avant, ou est resté quelques minutes en plein soleil (pose cigarette par exemple), sa température corporelle risque d’être supérieure à sa température normale.
Certaines entreprises ont prévu d’installer des sas à l’extérieur des bâtiments. Il convient donc d’être vigilant à la norme IP proposée par le produit (résistant à l’eau et à la poussière). Nous recommandons une norme IP 65 à 67 pour une utilisation optimale et pérenne.

  • A quelle distance faut-il mesurer la température des visiteurs ?

Si votre bâtiment dispose déjà d’un système de contrôle d’accès par portique ou porte sécurisée, à quelle distance minimale faut-il que le visiteur se positionne ? Généralement, une distance d’un mètre est suffisante.

  • Le système de mesure de température est-il compatible avec ma solution de contrôle d’accès ?

C’est un point important qu’il est nécessaire de valider si vous souhaitez utiliser la solution de mesure de température sur le long terme.
Une interface Wiegand est vivement recommandée pour s’assurer d’une compatibilité la plus large.

  • Le système de mesure de température propose-t-il une alternative pérenne à mon système de contrôle d’accès ?

Pour éviter que votre caméra soit un investissement de court terme, elle doit pouvoir vous offrir un service complémentaire, qui la rendra utile après la crise du COVID-19.
Certains produits, dont celui distribué par PROTECT-ION et AM SECURITE, intègrent un lecteur de badge directement dans la tablette.

Ainsi, lorsque la crise sanitaire sera calmée, le système pourra continuer à vous offrir un service de contrôle d'accès autonome, éventuellement avec reconnaissance faciale.

En parallèle du produit choisi, prenez le temps d'étudier l'interface administrateur proposée : gestion du personnel, des visiteurs, des étrangers non connus, gestion des congés, des heures d'accès autorisées, etc...

  • Quel budget ai-je prévu d’investir dans un système de mesure de température ?

Cela dépend du nombre de points à équiper, du trafic quotidien, du risque sanitaire…
En général, il faut compter entre 2000€ et 3000€ HT pour une tablette de détection de bonne qualité, 1 000 € HT pour un « pistolet » thermique, plus de 10 000 € HT pour une caméra thermographique + blackbody.

Attention à valider le coût d’installation (est-il inclus dans le prix ?), le paramétrage initial et la formation aux outils.

Vous pouvez consulter ici en détail le système proposé par PROTECT-ION et AM Sécurité.

Quelles contraintes juridiques respecter pour systématiser la prise de température ?

Il est tout d’abord à noter que, selon la loi :

  • « L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés ».
  • Il doit veiller à « l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes ».
  • Il incombe à l’employeur dans la situation actuelle de « respecter et faire respecter les gestes barrière recommandés par les autorités sanitaires ».

les contraintes juridiques

Le risque et la responsabilité juridique de l’employeur sont donc fortement engagés.

Chaque employé/agent doit pour sa part mettre en œuvre tous les moyens afin de préserver la santé et la sécurité d'autrui et de lui-même (article L.4122-1 du Code du travail) : il doit informer son employeur en cas de suspicion de contact avec le virus.

Cependant, la déclaration du Comité européen de la protection des données relative aux traitements de données personnelles dans le cadre de la pandémie de Covid-19, adoptée le 19 mars 2020, précise que :

  • Les données de santé relatives aux employés ou aux visiteurs pouvaient être collectées par les employeurs sous réserve de respecter le principe de proportionnalité et de minimisation des données dans la mesure où les dispositions nationales le permettaient ;
  • Les employeurs ne peuvent demander des bilans de santé que dans la mesure où une obligation légale le leur impose ;
  • Les employeurs ne peuvent révéler les noms de leurs collaborateurs infectés que si la législation nationale le permet et après en avoir informé les collaborateurs en avance. La dignité et l'intégrité des personnes doivent être protégées

En outre, la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) a précisé, dans ses rappels sur la collecte des données personnelles du 06 mars 2020, que la température corporelle d’une personne est une donnée relevant de la vie privée.

C’est pourquoi, si une entreprise décide de mettre en place un système de contrôle systématique de la température et de port du masque, certaines mesures sont à prendre impérativement :

  • Un dispositif de prise de température doit faire partie d'un ensemble de mesures de précaution. Il ne peut être mis en place seul.
  • Nécessité de mettre à jour le DUER,
  • Publication de notes de service, faisant office de modification du document intérieur,
  • Offrir toutes les garanties requises aux salariés en matière d'information préalable
  • Déclarations CNIL : rien d’obligatoire à ce jour, mais cela peut évoluer.

ATTENTION : Les données personnelles sont interdites à l'enregistrement, même avec l'accord du salarié. Il est possible d'enregistrer certaines données dès lors que les données sont anonymisées, pour du comptage ou de l'analyse de densité par exemple.

En cas de signalement, un employeur peut consigner :

  • La date et l’identité de la personne suspectée d’avoir été exposée ;
  • Les mesures organisationnelles prises (confinement, télétravail, orientation et prise de contact avec le médecin du travail, etc.).

mesure de température

 

« Un contrôle de température à l’entrée des établissements/structures est déconseillé mais le ministère des Solidarités et de la Santé recommande toute personne de mesurer elle-même sa température en cas de sensation de fièvre et plus généralement d’auto-surveiller l’apparition de symptômes évocateurs de COVID-19.
Toutefois, les entreprises, dans le cadre d’un ensemble de mesures de précautionpeuvent organiser un contrôle de la température des personnes entrant sur leur site.

Dans le contexte actuel, ces mesures peuvent faire l’objet de la procédure relative à l’élaboration des notes de service valant adjonction au règlement intérieur prévue à l’article L. 1321-5 du code du travail qui autorise une application immédiate des obligations relatives à la santé et à la sécurité avec communication simultanée au secrétaire du comité social et économique, ainsi qu’à l’inspection du travail.
Elles doivent alors respecter les dispositions du code du travail, en particulier celles relatives au 
règlement intérieur, être proportionnées à l’objectif recherché et offrir toutes les garanties requises aux salariés concernés tant en matière d’information préalable, d’absence de conservation des données que des conséquences à tirer pour l’accès au site.

En outre, des garanties doivent être données, notamment :
- la prise de mesure dans des conditions préservant la dignité ;
- une 
information préalable sur ce dispositif (Règlement Intérieur, note de service, affichage, diffusion internet) en particulier sur la norme de température admise, l’objectif de la mesure et sur l’absence de suites au dépassement de cette norme.
En tout état de cause, le contrôle de température n’a pas un caractère obligatoire et le salarié est en droit de le refuser.

Si l’employeur, devant ce refus, ne laisse pas le salarié accéder à son poste, il peut être tenu de lui verser le salaire correspondant à la journée de travail perdue. »

Avantages et inconvénients des systèmes de mesure de température

Selon la HAS, qui ne recommande pas forcément la systématisation de ce type de produit en entreprise, il est recommandé d’attendre quelques minutes à température ambiante avant de mesurer la température de quelqu'un dans des conditions optimales.
Le temps d’incubation variant de 2 à 14 jours, le risque de transmission du virus en période pré symptomatique est donc réel.

La prise de température à la maison par chacun d’entre nous est largement recommandé. Cependant, nous savons tous que l’auto-surveillance, si elle est préférable, n’est pas suivie par tous. Un système de mesure complémentaire peut donc s’avérer réellement utile dans une démarche de sensibilisation des personnes.

Couplé à un système de détection de port du masque, voire de reconnaissance faciale, ce type de produit peut aisément s’intégrer dans une démarche globale de régulation des flux au sein des bâtiments administratifs, commerciaux ou autre.

Pour faire face à la crise actuelle, nous recommandons plutôt les solutions facilement transportables, démontables et… réutilisables facilement.
C’est un investissement qui peut sembler important, mais celui-ci pourrait être utile à plusieurs reprises, surtout si c’est facilement transportable.

De plus, si le système choisi vous propose une gestion intégrée de l'accès à vos bâtiments, il pourra vous servir ultérieurement, même sans nécessité de contrôler le port du masque.
Profitez bien de vos échanges avec les différents fournisseurs pour leur demander une démo de l'interface "contrôle d'accès" proposé par le fabriquant !

L’exemple des autres pays

De nombreux pays d’Asie, eux aussi très touchés par la pandémie de COVID-19, sont parvenus à maîtriser la diffusion du virus. Il est à noter que ceux-ci ont mis en place des contrôles systématiques de température corporelle à grande échelle dans tous les établissements recevant du public : gares, aéroports, entreprises, etc…

Si l’intérêt d’un dispositif de contrôle systématique de la température est réel, sa pertinence peut sembler limitée.

Cependant, est-on en droit de se priver de cette détection ?
Que se passera t il en cas de deuxième vague du Covid 19 ? Et en cas d’apparition d’un nouveau Covid 20 au cours de cette année ou dans les prochaines années ?

Les entreprises pourront elles survivre à un second confinement ?

Sécurité d'entreprise Sécurité des villes

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous reading
Pourquoi installer une solution de comptage de personnes ?
Next reading
Les métiers de Kitech